P Chantal Picault
Site de Chantal
Agent et filmographie
Presse
Projet "Monet, la lumière Blanche"
D’abord ce sont les films de Charlot et de Laurel et Hardy, puis la bande dessinée qui m’a obligée à apprendre à lire car j’adorais ça, enfin le ciné club à l’internat grâce à mon professeur d’Histoire-Géo qui m’a fait découvrir tout le cinéma italien, le seul qui avait grâce à ses yeux. On pouvait raconter ce genre d’histoires au cinéma ! C’était donc du sérieux aussi. On pouvait y parler du social, du politique et être profondément touché. Cet homme m’a fait entrevoir mon avenir. Voilà, je vous invite à un petit voyage avec moi…
A travers mes projets, ma filmographie, mes peintures, mes paysages.
Un paysage est pour moi un visage. Car un visage peuple un paysage, cela marche ensemble. Je n’ai pas encore trouvé le lieu où j’aimerais vivre mais cela importe peu. Lors de mes voyages, j’imagine parfois une histoire et les lieux m’inspirent des personnages, des attractions photographiques, picturales, scénaristiques. Mon enfance, c’était les paysages du Sénégal, la mer surtout et quand j’y suis retournée adulte, ma vision avait changé, tout était bien différent. J’ai eu un serrement au cœur. Ma mère est eurasienne et le Vietnam m’a longtemps fait rêver. Ce qu’elle pouvait m’en raconter m’a donné envie d’aller là bas et là, ma démarche a été l’inverse : Ecrire d’abord un scenario puis aller y faire les repérages. J’ai été longtemps en mouvement puis l’école des Arts Décoratifs m’a menée à Paris et vers le cinéma. Beaucoup de temps… le temps qui revient et s’évapore dans de longues attentes. Alors je peins, de dessine, j’écris. Le Canada, les Antilles, Le Vietnam m’ont donné le désir d’aller y tourner des films.
Du sel dans les Oreilles
Histoire à ma fille (une)